Interview exclusive/ Dr Doumbia Major : « Les conditions historiques de l’avènement de la quatrième république sont réunies ». 

Interview Dr Doumbia S. Major Vie politique, équité de la justice, recomposition de la Cei et du découpage électoral, marche de la Côte d’Ivoire, réconciliation nationale…
Doumbia Major (acteur politique) assène ses vérités sans détours :
« Notre peuple était mieux traité sous la colonisation qu’aujourd’hui
La CEI sera réformée, le gouvernement Gon n’a pas le choix
Avec la communication, Gon veut faire croire que la misère est un paradis
Tout ce que le président ADO propose n’est que du vent…
Que le pouvoir rembourse les frais de dossiers des logements sociaux
Le Rhdp n’a rien apporté de positif au peuple pour vivre dignement
Seule une loi d’amnistie tournera la page de la crise postélectorale
Le président Laurent Gbagbo est un grand homme…
Ce que Gbagbo, Blé Goudé et Soul To Soul m’ont confié… »

Ex-dirigeant de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d`Ivoire (FESCI). Titulaire de plusieurs Masters et d’un Doctorat en sciences du langage de l’université Paris-Est, le président du Congrès panafricain pour le renouveau (CPR), Dr Doumbia Major fait connaître ici sa lecture de l’actualité ambiante.

20180224_1459481451096597.jpgDes voix de nombreux leaders politiques se font de plus en plus entendre et demeurent insistantes pour le renouvellement de la CEI et la révision du découpage électoral en vigueur qu’elles estiment être en faveur du régime en place. Partagez-vous cet avis ?
Le découpage électoral doit obéir à des critères clairs, objectifs et uniformes, valables pour toutes les régions du pays. Il est inconcevable et inacceptable qu’on veuille nous soumettre à un découpage électoral tribal des régions du pays, parce qu’on veut avoir plus de député ou plus de maires ou de président de région, alors que ce découpage n’est basé sur aucun critère objectif . Il faut rationaliser la gestion du pays, on ne peut pas faire un découpage en fonction de la superficie géographique, il faut le faire en fonction du nombre d’Habitant, car on est élu pour des humains et par des humains qu’on représente et non pour représenter des arbres ou un espace géographique. Un espace géographique peut être grand mais peut être un désert humain. Cette règle doit être valable partout. Ce type de découpage ethniciste auquel s’est adonné le pouvoir en 2011, après la guerre, montre simplement que ceux qui s’y sont adonnés ont fraudé avec la démocratie et il faut le corriger. Ce découpage électoral, en lui-même, dénote d’une visée hégémonique et un comportement de ruse avec la démocratie de la part du RDR !
Voyez par vous-mêmes : il y a une partie du pays qui est passé de 53 sièges de députés dans l’ancien découpage, à 74 sièges, alors que les autres régions n’ont eux que 9 sièges supplémentaires.
En ce qui concerne la CEI ; nous partageons l’avis des autres partis d’opposition et notre position sur cette CEI illégale et inféodée au pouvoir n’a pas changée. Elle est forclose pour organiser les élections en Côte d’Ivoire, et Youssouf Bakoyoko dont le bilan à la tête de cette CEI est contesté ne peut plus demeurer à sa tête !
Par ailleurs , depuis sa mise en place , le paysage politique national a évolué, il y existe de nouvelles forces politiques montantes comme la nôtre, au moment où d’autres se sont affaiblies. Sur qu’elle critère cette CEI est-elle constitué  aujourd’hui? Est-ce que des gens comme certains que je me garde de citer et qui ne représentent que l’ombre d’eux-mêmes et qui ne produisent aucune déclaration politique sur toute une année sur des sujets qui ont rapport avec la démocratie ou la vie des populations, peuvent être légitimes à siéger au sein d’une CEI, alors que des forces comme le CPR qui ont une présence plus positive dans le débat politique nationale n’y sont pas ?
Sans oublier que l’ONU elle même à contesté la neutralité de cette CEI à travers une résolution ! La cour africaines des droits de l’homme et des peuples de la CEDEAO dit elle aussi qu’il faut la réformer parce qu’elle n’est pas indépendante et impartiale. A ce sujet, la cour africaine dit que la Côte d’ivoire a violé l’article 3 du protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance, et l’article 26 du pacte international relatif aux droits civiques et politiques.
Même en Côte d’Ivoire l’APDH et la LIDHO, qui sont deux importantes organisations des droits de l’homme, la conteste comme structure neutre et impartiale.
C’est d’ailleurs pourquoi nous demandons clairement aux partis d’opposition qui y ont leurs représentants de démissionner publiquement de cette CEI, par respect non seulement pour l’arrêt de la cour africaine des droits de l’homme et des peuples, mais par cohérence et par principe.
Tu ne peux pas dire qu’une commission est partiale et y rester pour des salaires de vos représentants. L’argent qu’on verse à quelques individus ne doit pas être une raison pour faire reculer la démocratie dans tout un pays, agir ainsi, c’est ce qu’on appelle la trahison du peuple. Ce type d’opposants ne peut pas être crédible devant le peuple. Il faut démissionner pour mettre la pression sur le pouvoir et montrer au peuple que vous n’êtes pas prêts à vendre votre âme pour de l’argent qui vous pousse à faire des compromissions avec le régime, contre les intérêts du peuple.

Qu’est ce que vous pensez de la destitution de Billon de à la tête du conseil régional du Hambol ?
Nous n’approuvons pas ce type de comportement qui frise des comportements de voyous politiques.

Dr Doumbia Major à la cérémonie Donation de jouets et Cadeaux de Noel à 1200 Enfants de Yopougon SIDECI

Dr Doumbia Major à la cérémonie Donation de jouets et Cadeaux de Noel à 1200 Enfants de Yopougon SIDECI

Des observateurs de la vie politique ivoirienne sont d’avis que la fusion en un parti unique, le rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP) n’est qu’un leurre du RDR pour contrecarrer les plans des autres partis qui composent le RHDP dans l’optique de la présidentielle de 2020, qu’en pensez-vous ?
Le RDR fait ce qu’il veut, moi mon travail c’est d’implanter mon parti et notre mouvement à l’échelle nationale. Nous avons pris du retard et nous sommes en train de le rattraper grâce à l’engouement du peuple qui adhère à nos idées et à notre vision. Aujourd’hui ce sont les populations elles-mêmes qui s’organisent pour nous faire appel pour les investir comme sections ou comme coordinations .
Nous sommes en train de donner un bel exemple de démocratie par la base. Nous considérons que le RDR et le PDCI sont des gens du passé. Ce sont ces gens qui depuis 1960 dirigent ce pays et ils n’ont rien pu apporter de positif pour permettre à notre peuple de vivre dignement. Ce sont généralement des partis d’un certain âge qui ne sont pas suffisamment outillés pour faire face aux défis de notre génération et qui sont pourtant convaincus que leurs archaïsmes peuvent amener un pays au développement alors que c’est impossible. La preuve en est que depuis plus de 50 ans ils essayent leurs vieilles recettes qui ne donnent rien de digeste et de bien pour le peuple.
Nombreux parmi eux d’ailleurs se sont enrichis de manière illicite, pendant que notre peuple est devenu de plus en plus pauvre, sous leur règne.
Leur règne peut être qualifié de règne de prédation des « colons Bounty », des dirigeants Noirs qui se comportent comme le colon Blanc et qui ont autant ou même plus volés que les colons ! On peut même dire que sur le plan social, notre peuple était mieux traité sous la colonisation qu’aujourd’hui où nous sommes sous leur règne. Ces gens sont pires que les colons ; ils refusent à la population ce que même le colon lui octroyait. Pendant ce temps des pays comme la Corée ou Singapour avec lesquels nous étions au même niveau dans les années 60 sont aujourd’hui des pays développés ou presque !
Regardez les Antilles, la Polynésie ou la Nouvelle Calédonie qui sont des sortes de colonies françaises, là bas les dirigeants ne sont pas immensément riches comme les nôtres, mais les populations bénéficient au moins d’un minimum de social et de soins, ce qui leur permet de vivre dignement jusqu’à leur mort. Que veut le peuple ? Bien vivre et non vivre avec une espérance de vie moindre, en étant entouré d’infrastructures que certains ont fait construire en les surfacturant pour s’enrichir, en privant le peuple de salaires conséquents, de soins et d’aides sociales quand il en a besoin pour vivre !
C’est au regard de tout ceci que nous disons que pour nous, « la solution se trouve dans le changement » , car on ne fait pas du neuf avec du vieux. D’autres part vous êtes tous d’accord avec moi que c’est un tout petit peu être idiot que de prendre les mêmes personnes pour faire la même chose et de s’attendre à un changement ou à un résultat diffèrent !

20171211_171335

Avec le principal parti de l’opposition en lambeaux et la non représentativité sur l’échiquier nationale des autres formations politiques, pensez-vous que vous pourrez arriver à quelque chose de fructueux en terme d’organisation, à poser aisément les préoccupations de la nation et vous faire entendre par le pouvoir en place?
Nous posons déjà les préoccupations de la nation et les gens nous écoutent , il suffit d’aller voir l’engouement que suscitent nos publications et vidéos qui sont relayées dans le peuple. Il y a dans le pays des grains et des espaces de réunion où les gens se réunissent et se cotisent pour pouvoir écouter nos messages et lire nos vidéos. C’est cela le plus important pour nous.
Nous ne fonctionnons pas comme les partis traditionnels auxquels vous avez eu affaire jusqu’ici et qui ont une organisation pyramidale, avec des présidents qui imposent leurs vues au peuple. Notre schéma d’action est un schéma de démocratie par la base et ce sont les aspirations du peuple que nous traduisons publiquement. C’est d’ailleurs pourquoi moi je ne participe pas à des coalitions où il y a un président. Je fonctionne en mode de Presidium !

L’avis du pouvoir en place sur nos actions ne nous intéresse pas, nous c’est le peuple qui nous intéresse ! Ces gens là nous méprisent et nous leur rendons la pièce de leur monnaie en les regardant comme des prédateurs qui sont la cause des malheurs actuels de notre peuple ! Nous voulons les chasser de là où ils sont, car ils ne méritent pas de diriger notre peuple, puisqu’ils se servent du pouvoir pour s’enrichir et appauvrir notre peuple ! Ils savent ce que nous pensons d’eux et nous ne nous attendons pas à ce qu’ils nous caressent dans le sens du poil !
En tous cas pour l’instant vous pouvez tous constater que nous posons les préoccupations du peuple et c’est nous qui mettons dans le débat politique national des débats que les vieux partis classiques n’évoquaient pas jusqu’ici ! Que ce soit la question de la retraite des paysans et commerçants ou celle des transporteurs , nous en parlons ! Que ce soit la mise en place d’une vraie couverture maladie qui prenne en compte tous les citoyens à hauteur de 70% et une CMU complémentaire gratuite pour les plus démunis , nous en parlons en montrant que ce que Ouattara propose n’est que du dilatoire et du vent irréalisable ! Que ce soit sur l’accès à l’université et aux grandes écoles gratuites pour tous, nous en parlons et nous exposons comment cela doit être financé ! C’est nous qui nous insurgeons contre l’absence de revenu minimum vital pour nos compatriotes sans emploi. C’est nous qui avons posé le problème concernant la mise en place d’une loi d’équité salariale qui fera que plus aucun salarié de la fonction publique et de notre administration ne pourra toucher plus de 30 fois le SMIG en vigueur. C’est nous qui parlons du SMIC qui doit remplacer le SMIG, parce que le SMIG doit s’aligner sur l’inflation et la croissance. Nous parlons des concours frauduleux et dont on augmente chaque année les frais . C’est nous qui avons demandé à Ouattara de faire rembourser les 30 000 francs de frais de dossiers pour ses prétendus logements sociaux qui ne sont en réalité que des opérations de vente de maisons. Nous sommes sur tous les fronts et nous sommes en phase avec le peuple . C’est ce qui importe pour nous .
C’est nous qui parlons d’unité nationale, en expliquant au peuple qu’on le divise sur la base ethnique pour se servir d’une partie du peuple contre une autre. Nous montrons comment des prédateurs locaux utilisent une partie du peuple comme bouclier à l’abri duquel ces mafieux organisés pillent les richesses du pays. Nous amenons les gens à comprendre la nécessité de s’unir pour parler de la même voix de leur situation sociale. Nous appelons à l’émergence d’une conscience de classe contre les voleurs de la république. Si le peuple nous entend et nous comprend, c’est cela le plus important pour nous. Si le pouvoir en place est sourd à nos critiques, c’est qu’il s’en fout du peuple , et cela veut dire que c’est un régime qui finira comme les régimes des gens qui s’en foutent de leur peuple ; ce sont des régimes qui finissent toujours mal.

Actuellement je suis au travail, lorsque je finirai de mettre en place notre schéma d’action, vous verrez de quoi nous sommes capable ! Pour l’instant je regarde les gens d’en face et j’ai le sourire en coin. Je suis un homme patient et très patient. Je suis un archer et l’archer sait être patient.

Dr Doumbia Major Un homme du peuple toujours proche du peuple

Dr Doumbia Major Un homme du peuple toujours proche du peuple

Bientôt les élus ivoiriens grands électeurs passeront au vote des sénateurs, que vous inspire cette élection ?
Nous autres ne parlons pas des élections municipales ou sénatoriales pour l’instant nous parlons des conditions pour garantir la transparence des élections. Sinon ce sera comme lors des dernières élections législatives où la tricherie à été dénoncée y compris par des gens du RDR qui n’avaient pas été choisis par leur parti et qui ont dit qu’on leur a volé leur victoire sur papier !

En ce qui concerne le sénat, il est clair que ce sera un sénat Pro-Ouattara qui, au lieu de faire avancer notre pays, lui fera subir davantage de recul démocratique. Cela va de soit si on se base sur le code électoral et la nature du collège électoral que Ouattara tout seul a choisi par ordonnance de matière anticonstitutionnelle. En plus les sénatoriales devrait avoir lieu après les municipales pour qu’on s’assure que les opposants prennent part aux votes à travers leurs conseillers régionaux et municipaux. Voilà quelqu’un qui veut mettre en place un sénat de sa troisième république, avec des maires issues de la constitution de la deuxième république que lui-même conteste et qu’il a fait changé!    Ouattara veut faire main-basse sur cette chambre parce qu’il rêve d’avoir un pouvoir absolu, alors il décide de faire organiser les sénatoriales avant les municipales parce qu’il sait que les opposants n’ont pas participé aux élections municipales et régionales passées. C’est une façon pour lui de s’assurer de la majorité au sein de ce sénat qui sera a priori un sénat sans légitimité démocratique ; sans compter le fait que sur 120 membres, monsieur Ouattara a la possibilité de nommer 40 sénateurs qui lui seront redevables.
On utilise donc l’argent public pour faire reculer la démocratie et faire voter des lois ou modifier la constitution selon la volonté d’un individu ! Ce type de régime a un nom et ce n’est pas de la démocratie. Nous disons Non à un sénat inutile pour l’avancée démocratique de notre pays, un sénat budgétivore, au moment où nous avons besoins d’argent pour la santé, l’école et l’assistance sociale aux plus démunis, et surtout que ce sénat ne servira que de caisse de résonance et de lieu d’enregistrement où des individus sans légitimité populaire, ne viendront que pour conférer force de lois aux désirs et volonté d’une personne.

Nous avons d’ailleurs  dit à ce sujet que même si on devait maintenir un sénat, le collège électoral devrait comprendre les représentations du patronat, les représentants régionaux des centrales syndicales et des associations représentatives de la société civile. En ce qui concerne les membres nommés ou proposés par le Président, ils devraient passer devant le parlement pour leur élection individuelle ou leur récusation au cas où des choses leur seraient reprochées. Mais là le mode de désignation est vraiment dictatorial. Ça veut dire que le Président peut même imposer un voleur de deniers publics notoire comme sénateur !

Comment appréhendez-vous les décisions de justice rendues au regard du processus de réconciliation ?

Dr Doumbia En compagnie des ex-détenus de la crise post-électorale. UN homme de paix et de réconciliation.

Dr Doumbia En compagnie des ex-détenus de la crise post-électorale. UN homme de paix et de réconciliation.

La justice dans un pays n’a pas pour mission de faire la réconciliation ! La justice rend la justice et la réconciliation quant à elle est le fruit et le résultat d’une volonté politique ! Si l’exécutif le veut vraiment, il a les instruments pour arrêter l’action du pouvoir judiciaire. Et à ce sujet il a comme instruments : le droit de grâce et la mesure d’amnistie.
Normalement dans un pays de droit où la justice est indépendante, on ne commente pas les décisions de justice, mais c’est loin d’être le cas en Côte d’ivoire où tout le monde dit qu’il y a une justice à deux vitesses.
C’est pour éviter qu’on ne sombre dans ce climat de justice à deux vitesses ou dans un climat de justice des vainqueurs, que j’ai proposé la loi d’amnistie qui nous permet de tourner la page de la crise post-électorale, en donnant la chance à la paix et à la réconciliation des fils et filles de notre pays. J’ai dit que cette décision était dans l’intérêt de Ouattara lui-même et que cela prouvera aux chefs de guerre qui l’ont suivi qu’il n’est pas ingrat vis à vis d’eux !
En effet cette mesure permettra à Ouattara de faire suspendre l’action de la justice à l’encontre des chefs de guerre et à l’encontre de ses partisans qui ont été pointés du doigt par l’enquête de madame Paulette Badjo qui dit que ceux-ci ont occasionné plus de 700 morts sur les 3000 de la crise post-électorale!
En prenant cette décision il leur démontrera qu’il ne cherche pas à les tenir par une corde au cou comme des chiens qu’on tient en laisse, en les menaçant de les livrer à la CPI au cas où ils refuseraient de le suivre dans ses aventures politiques. En le faisant, il permettra aussi la libération des prisonniers de la crise, et cela pourra rassurer les exilés qui sauront qu’ils peuvent rentrer sereinement. Cela viderait du même coup de leur contenu, le dossier judiciaire de ceux qui sont poursuivis à l’extérieur du pays pour des faits liés à la crise post-électorale. Voilà comment il pourrait se positionner dans la pensée collective nationale comme le réconciliateur de la nation ! Mais tout ça est une question de volonté politique. Moi je ne peux que lui indiquer la voie à suivre ; le dernier mot lui revient.

Il est de plus en plus question d’un troisième mandat de l’actuel chef de l’Etat appelé de tous vœux par son parti et des têtes couronnées, cela vous semble-t-il notable pour notre jeune démocratie ?

Dr Doumbia : L'invité de la rédaction de L'infodrome .

Dr Doumbia : L’invité de la rédaction de L’infodrome .

En ce qui concerne le troisième mandat, nous attendons qu’il le dise lui-même de sa bouche et il verra ce jour ce que le peuple en pense. Pour l’instant ce que nous savons c’est qu’il a dit qu’il ne le ferait pas! Or nous entendons dire que Ouattara se veut un homme de parole! Nous considérons qu’un homme de parole ne dit pas une chose pour faire le contraire. En tous cas s’il veut changer d’avis, il faudra nous convaincre. Cela dit, moi je ne fais pas la politique avec des hypothèses et conjectures, j’attends les faits pour me prononcer.

Le dialogue politique incluant l’ensemble des partis ivoiriens est au point mort depuis des mois, les réelles avancées notables obtenues lors des concertations politiques passées sont-elles effectives pour la stabilité et la réconciliation nationale ?

Le pays est et demeure dans une ambiance de belligérance, il faut être aveugle pour ne pas le voir. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’appelle à la réconciliation et que je demande au chef de l’état de prendre une loi d’amnistie qui va libérer le pays et permettre à ses fils de se réconcilier.

Avez-vous fait la paix êtes-vous réconcilié avec vos amis et frères d’hier notamment Soro Guillaume et les hommes de son sérail pour parler de paix et de réconciliation entre ivoirien ?
Quand je parle de paix et de réconciliation c’est avec tout le monde y compris avec Guillaume que je considère comme un frère de la même origine sociale et de même classe sociale d’origine que moi . C’est un frère auquel a priori rien ne devrait m’opposer, puisqu’on est sensé nous battre pour les mêmes causes, c’est-à-dire le bien-être du peuple dont on provient tous les deux  de la même couche sociale ! D’ailleurs je lui ai demandé de refuser de jouer le rôle de cerbère pour des gens d’une notabilité locale qui le regarderont toujours comme un parvenu qui n’a pas droit au trône. Ces gens là considèrent qu’eux sont nés pour gouverner des gens comme Guillaume et moi et que leurs enfants doivent gouverner les nôtres ! ça me fera plaisir que Guillaume rejoigne le bon combat, c’est à dire le combat du peuple!
Je ne sais pas s’il a un sérail, le mot ne me semble pas adapté, mais je discute fraternellement avec ses proches. Sidiki Konate et moi sommes liés par une alliance ancestrale sacrée qui date de depuis les années 1200 ; nous avons des contacts fraternels. Ce sont des contacts peu suivis à cause de nos occupations respectives, mais ma porte lui est ouverte comme la sienne m’est ouverte. J’ai eu l’occasion de voir Kamagate Souleymane dit Sool To Sool à la prison civile, la MACA, à l’occasion de ma visite à Samba David et nous nous sommes parlés en frères.

Vous avez été rencontré Blé Goudé et le président Laurent Gbagbo que cache cette démarche et quel a été le contenu de vos échanges, est-ce la paix des braves ou un simple jeux d’alliances de pions poussés sur l’échiquier politique ?
Dr Doumbia avec Dibopieu Jean Yves Blé et moi nous nous sommes parlés fraternellement dans l’intérêt de la Côte d’ivoire ! Moi je ne discute pas avec les gens avec un agenda caché, je suis toujours sincère et transparents.
Quant au Président Gbagbo, il m’a juste fait une ou deux blagues comme il sait le faire. Il a dit que je l’ai trop fatigué et on a dit que tout ça était du passé et qu’il fallait regarder l’avenir, en œuvrant pour la réconciliation et la paix. Il avait été préalablement informé  de ma venue par Charles et il a dit qu’il descendrait pour me saluer, c’est ce qu’il a fait. Il nous a encouragé sur la voie du pardon et de la réconciliation. Quoi qu’on en dise, le président Gbagbo est un grand homme et sa place se trouve en Côte d’ivoire où il doit être pour participer à la réconciliation et à la consolidation de l’unité nationale dans notre pays !

Vous étiez hier un véritable activiste et fervent défenseur de l’actuel président ADO pourquoi ce revirement est-ce que parce que vs a avez été écarté et/ou oublié dans le partage du gâteau ?
Moi je n’entre pas dans ce cadre et dans la catégorie de ceux qu’on peut considérer comme des frustrés ou des aigris qui n’auraient pas eu leur part du gâteau. Avant même de soutenir Ouattara en 2010, j’ai dit publiquement, (et la vidéo de la conférence de presse de 2010 est disponible) que je ne suis pas intéressé par une collaboration avec le régime dans le cas où le changement surviendrait.
J’ai dit que je serais la sentinelle défenseur des intérêts du peuple quand le régime changerait et c’est ce que je fais sans compromission depuis 2011 ! Est-ce que vous avez vu que j’ai varié dans mes prises de position !
Depuis 2013 et même avant, je défends la libération des prisonniers de la crise, je me suis insurgé contre la torture du fils de Gbagbo et celle d’Affi N’guessan à Bouna. Je pouvais me taire pour me venger ou pour rentrer dans les bonnes grâces de Ouattara, mais moi j’ai des valeurs et des principes. C’est vrai que j’ai appelé à voter Ouattara, en risquant ma vie pour qu’il y arrive, mais cela ne fait pas de moi un mouton qui doit dire Oui et amen à tout ce que Ouattara fait! Quand c’est bon je félicite, mais quand ce n’est pas bon pour le peuple je le dis aussi.
La différence entre moi et ceux que vous regardez comme les suiveurs ethniques ou des suiveurs par intérêt de Ouattara, c’est que, ayant une éducation idéologique différente de Ouattara, j’ai toujours dit que ça ne m’intéressait pas de participer, en tant qu’acteur, en acceptant une responsabilité dans la gestion des affaires publiques avec un régime dirigé par des hommes de droite. Parce que je sais par anticipation que ça ne peut que finir en clash, à cause des divergences idéologiques.
Depuis la prise du pouvoir de Ouattara, je porte des critiques dans le sens de mes engagements publics, alors qu’il aurait été simple pour moi de faire le griot pour en tirer des avantages personnels ! Je critique dans le sens d’humaniser la gestion du régime et je propose une alternative au peuple.

Un homme doit avoir des convictions et des valeurs ; un homme doit pouvoir faire preuve d’abnégation pour défendre ses valeurs et principes ! Je suis un homme de valeur et un homme de principe qui mène ses combats de manière désintéressée, car pour vivre je n’attends pas un poste ou une nomination quelconque venant de quelqu’un ! Je suis un homme libre qui se bat pour être en phase avec ses convictions et avec les aspirations de son peuple .

Les petits partis et autres qui se créent à tour de bras par des popularités en Côte d’ivoire ne brillent pas de mille feux et ne rencontrent pas grande adhésion?
En visite avec chez les étudiants
Les autres sont les autres et Dr Doumbia Major c’est Dr Doumbia Major ! On n’a pas la même réputation, la même éducation, la même idéologie ni le même discours ! Le tout n’est pas de créer un parti, il faut avoir un discours, une idéologie et une attitude, mais aussi un comportement en harmonie avec notre discours ! Il y a des centaines de partis en France et pourtant Emmanuel Macron a créé un mouvement en six mois qui a fait oublier tous les vieux partis dans lesquels le peuple ne se reconnaissait plus. Le peuple sait reconnaître les vrais gens qui se battent pour lui.
Depuis que je suis arrivé vous voyez que les choses bougent, pourtant je suis venus trouver ces gens là ici et pendant plus de 18 ans, ils sont incapables de poser simplement les problèmes du peuple et d’être aux côtés du peuple pour crier son ras le bol ! J’ai tellement secoué le RDR en montrant les tares de la gouvernance qu’ils sont allés se réunir à Yamoussoukro pour parler de Marketing Politique et de nouvelle stratégie de Communication. Peut-être que ces gens pensent que c’est parce que j’ai un Master en marketing politique que j’arrive à exposer avec aisance leurs tares ! Ce sont les conviction et le fait de défendre la vérité qui fonde mon influence et mon impact social et non ma Formation en Marketing et communication politique. On ne transforme pas le mensonge en vérité avec de la communication politique ! Etre leader ce n’est pas une simple étiquette, c’est une façon d’agir et ce sont les risques qu’on est capable de prendre pour défendre ses convictions ! Ne me confondez donc pas avec ces personnes qui se déclarent leaders, en s’accolant de simples étiquettes sur le front !

Pourquoi ne pas avoir intégré un parti et apporter une plus-value vue votre popularité et votre vision que d’en créer un autre ?
Pourquoi faut-il que j’intègre un parti dont je ne partage pas l’idéologie ni les pratiques. En politique on entre pas dans un parti pour des motifs ethniques ou par mimétisme. On entre dans un parti parce que l’idéologie et les pratiques au sein de ce parti sont en harmonie avec nos propres valeurs et principes. Vous voulez que je parte militer dans ces partis de gens dépassés qui ne savent qu’utiliser l’ethnicité comme arguments politiques ? Ces partis que vous voyez là vont disparaître dans 5 ou 10 ans tout au plus et le paysage politique va inévitablement se recomposer avec une nouvelle génération et un nouveau discours. On va tourner absolument la page de la génération des « grilleurs d’arachides » et des ethnicistes politiques.

Pouvez-vous quantifiez le nombre de vos militants ; irez-vous aux prochaines élections avec cette CEI en place?
Doumbia à YopougonFaites un tour sur ma page Facebook pour voir l’engouement que nos prises de position suscitent ! Il ne se passe un seul jour où nous ne sommes assaillis par les demandes d’adhésion . Vous avez vu notre manifestation à Yopougon a l’occasion de mon retour et ceci rien qu’avec les femmes du parti ! Le peuple se reconnaît dans notre discours et c’est ça le plus important . Nous sommes un mouvement en marche dans une dynamique pour le changement. Chaque jour il y a des adhésions que ce soit sur notre site que par contact physique.
Une autre preuve de la volonté d’adhésion et l’engouement que nous suscitons, c’est aussi les donations que nous recevons . Par exemple, le terrain de notre siège provisoire à Abobo a été offert par des militants. C’est aussi ça un mouvement politique en phase avec le peuple.
Notre parti ira aux prochaines élections et nous serons présents aux élections présidentielles seuls ou en coalition ; nous seront présents.
Nous pensons que la CEI sera réformée avant, car le gouvernement Ouattara n’a pas le choix avec la pression internationale à laquelle il est confronté sur le sujet. J’ai demandé aux partis d’opposition de rendre public leur démission de cette CEI, pour être eux-mêmes en cohérence avec leurs propres discours sur le caractère partial de cette CEI et surtout pour respecter l’arrêt de la cour africaines des droits de l’homme et des peuples. Je réitère cet appel. J’attends donc de ces partis traditionnels qu’ils démissionnent publiquement pour leur crédibilité devant le peuple ! Voici la première étape de la pression que nous mettrons sur ce régime, auquel cas ils seront vus comme des collaborateurs du régime et ça voudra dire que ce sont eux qui cautionnent le manque de démocratie dans notre pays, pour des intérêts financiers.

Avec Soul To Soul qui aujourd’hui a une santé précaire, sur quoi avez-vous échangé que vous a–t-il dit, lorsque vous l’avez visité en prison ?
Sool est un ami d’université, nous nous sommes parlés et c’est cela le plus important ! Je lui souhaite un prompt rétablissement et je demande au régime de le faire juger ou de le libérer. C’est la même chose que j’ai demandé pour mes amis Samba David et Hamed Sanogo, ainsi que pour tous ceux qui croupissent en prison aujourd’hui après plus de 6 ans sans être jugés ! Si on n’a pas suffisamment de preuves contre quelqu’un on ne le garde pas en prison en attendant d’aller chercher les preuves. Dans ce cas-là la prison se transforment en un espace de prise d’otage des gens qu’on n’aime pas ou qui nous dérangent. On peut laisser les gens chez eux sous contrôle judiciaire et les convoquer devant les tribunaux. L’emprisonnement ne doit pas être la règle, mais l’exception !

On a ouï dire que nuitamment des pontes du Rhdp vous démarche en secret pour prêchez pour leur chapelle est ce vrai qu’on fait la cour pour intégrer le Rhdp ou faire alliance forte avec l’Eds ?
On a oui dire ! qui a dit ? Les gens font circuler trop de rumeurs sur les gens dans ce pays, l’homme intelligent n’écoute pas les rumeurs, il regarde les actes.

Le Premier ministre Amadou Gon a fait son bilan et a affirmé que tout était mis en place pour l’épanouissement des ivoiriens ?
Si tout est rose pour lui ce n’est pas le cas pour les populations d’Abobo qui croulent sous les immondices et les ordures et qui ne voient pas les traces de l’Etat dans ces zones où elles sont livrées à l’insécurité créé par les microbes contre lesquels l’état visiblement n’a pas de solution !
Moi j’ai quitté le pays depuis octobre 2000, quand je partais le sachet de cacahuètes (arachides grillés) qui coûtait 25 francs CFA, coûte aujourd’hui 100 Francs, le thon de Garba qu’on mange avec de l’attiéké, qui coûtait 75 Francs coûte aujourd’hui 500 francs CFA, l’orange qu’on nous vendait à 25 francs aux abords des routes coûte aujourd’hui 100 francs. Donc on voit que le coût de la vie à été multiplié par 4, mais les salaires n’ont pas suivis cette hausse 4 fois plus chère , ce qui veut dire que le niveau et la qualité de vie des gens ont baissés et qu’ils sont plus pauvres qu’avant.
Vous savez, dans un pays il est facile de se servir de grand travaux dont on partage les marchés au sein d’un clan, pour piller les ressources du pays, par le biais des surfacturations et des travaux faits de manière approximative. Pendant qu’on fait les travaux, les gens ne vivent pas d’espoir et d’eau fraîche, il faut mettre en oeuvre un volet social en même temps qu’on met en place des infrastructures ! Le volet social et emploi est quasi inexistant dans l’action du gouvernement, au point qu’on a l’impression d’avoir affaire à une opération de mise en pâture et de privatisation du pays pour pouvoir en piller les ressources, en restant indiffèrent au sort du peuple .
Un pays ne se limite pas à l’embellissement des façades et aux grands chantiers qu’on lance et à des travaux de réhabilitation qu’on peut mettre en œuvre juste pour faire pomper l’argent public dans un réseau et un clan d’amis qui ont tous les marchés publics ! Un pays c’est aussi le social qui va concomitamment avec ces travaux !
Qu’est qu’on fait aujourd’hui pour les citoyens pauvres qui sont sans ressource ? Rien, on les laisse mourir de faim, on les contraint à la mendicité familiale et nombreux parmi eux meurent quand ils sont malades, d’absence de soins, parce qu’ils n’ont pas de moyens pour acheter leurs médicaments. Et pourtant Ouattara avait juré que sous sont règne plus aucun ivoirien ne « mourrait par manque d’argent pour acheter ses médicaments ».
Le gouvernement ne sait même pas combien il y a de pauvres ou de demandeurs d’emplois dans le pays . Ce qui est le plus choquant, c’est que ce sont les estimations du BIT que notre gouvernement évoque quand il veut parler de chiffre du chômage ! C’est hallucinant et cela montre a priori, que ces gens ne veulent pas faire face à leurs obligations vis à vis des citoyens au chômage ou sans emplois !
Pour traiter le chômage il faut au moins le compter ! Il en est de même pour la pauvreté! Ils ne cherchent même pas à savoir combien il y a de chômeurs ou de pauvres , parce qu’ils n’ont aucune politique rationnelle en ce qui concerne le traitement sociale de la pauvreté. Un pays laissé dans l’anarchie sans adressage, sans identification rationnelles des citoyens, c’est normal que n’importe qui puisse sortir n’importe qu’elle chiffre pour argumenter dans le sens qu’il veut ! La réalité n’a rien à avoir avec ce qu’ils disent à la télé, faites un tour dans les quartiers pour vous en rendre compte . Sinon avec les statistiques et la communication on peut faire croire que la misère est un paradis.
Ce n’est pas notre vision de la gestion d’un pays et nous ne voyons pas les mêmes choses que le gouvernement, car nous sommes dans les quartiers, dans les villes et dans les villages au moment où eux ils sont dans leurs châteaux à la Riviera et sur leurs îles.

Dr Doumbia Major avec la section du CPR de Wassakara

Dr Doumbia Major avec la section du CPR de Wassakara

Quel est votre mot de fin à l’endroit du peuple et des autres partis de l’opposition ?

Il est vrai que nous avons affaire à un régime violent et méprisant qui a l’illusion d’être fort, mais l’opposition doit rester sereine et elle ne doit pas avoir peur.
à l’endroit des gens du régime, je dis qu’ils devraient s’inspirer du sort de BLAISE COMPAORE qu’eux-mêmes hébergent aujourd’hui à Abidjan qui se croyait indéboulonnable après avoir passé plus de 27 ans au pouvoir . J’espère pour eux qu’ils ont au moins préparer leur retraite comme ce dernier !
Je demande à l’opposition de taire ses divisions et de se mettre en ordre de bataille.
A nous nos opposants qui sont d’un certain âge et d’une certaine époque je leur demande aussi de savoir passer la main et le relais . Qu’ils sachent passer la main aux plus jeunes et plus outillés qui vont faire le travail proprement , pour créer les conditions de la démocratie dans notre pays. Pour ma part c’est la mission et le devoir que je me suis assigné et je le ferai sans tricher.
Nous appelons le peuple à garder espoir et nous l’appelons à l’unité, car c’est de notre unité que viendra notre force. Nous sommes rentrés au pays pour impulser de grands changements et je demande au peuple d’y croire et de rester mobilisé, car ce changement viendra ! Les conditions historiques de l’avènement de la quatrième république sont réunies. Je demande aux gens de s’organiser dans leurs quartiers, villes et villages, car bientôt nous prendrons ensemble notre destin en main pour qu’une nouvelle Côte D’ivoire puisse voir le jour ! Ce sera une Côte d’Ivoire réellement démocratique, fraternelle et solidaire . Ce sera une Côte d’ivoire où on ne parlera plus de rattrapage ethnique ou de propos de division du peuple . Ce sera une Côte d’Ivoire d’égalité de chance où les droits fondamentaux de chacun seront respectés.
Merci et restons mobilisés. Et comme je le dis toujours, en évoquant notre slogan, « La solution se trouve dans le changement ! ».


Réalisé par
LORNG Esmel

Related posts:

Célébration de la fête nationale : Allocution de SEM Alassane OUATTARA, Président de la République d...
ASSASSINAT D'ALAIN CHAPO: SON CONJOINT PASSE AUX AVEUX
Phénomène d'enlèvement d'enfants en Côte d'Ivoire, plus de 40 cas en 2 mois .

Partagez cet article

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion