Dr Doumbia Major: Nos hommes politiques ont tout intérêt à maintenir le peuple divisé

20180118_221250Il est rentré en Côte d’Ivoire dans la nuit du 30 au 31 décembre 2017, après un exil de 17ans . Seulement une vingtaine de jours qu’il hume l’air d’Abidjan,  celui qui, alors membre du Bureau Exécutif National de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire-FESCI, désrmi est auréolé d’un titre de Docteur d’université et titulaire de deux Master de l’université Paris 12,  s’appelle aujourdhui, «Docteur».  Doumbia Soumaïla,  bien connu comme Doumbia Major est Président du Congrès Panafricain pour le Renouveau ( CPR). Depuis son retour d’exil, « Docteur »  s’est assigné une nouvelle mission : participer  à la réconciliation des ivoiriens.

Dans cette interview avec ledebativoirien.net, il s’explique sur ses  motivations et parle de ses relations avec Charles Blé Goudé et Guillaume Soro. 

  Depuis votre arrivée vous multipliez les rencontres avec toutes les couches de la société. Quel constat faites-vous de la situation politique en Côte d’Ivoire ?

Le constat en général est que tous les ivoiriens sont prêts à aller à la paix et plusieurs hommes politiques que j’ai eu à rencontrer s’inscrivent dans cette dynamique. C’est cet engouement qui anime également les responsables de la société civile et d’associations que j’ai pu rencontrer jusque-là. Et croyez-moi, ils sont tous fatigués de cette atmosphère de, de bélligérance, de méfiance et de crainte. Cette situation de tension n’est favorable qu’à certaines personnes, une minorité qui en tirent profit. voyez-vous, la division du peuple participe à l’enrichissement de certains et ces derniers ne voudront jamais de la paix et de la réconciliation. ces derniers font tout pour maintenir le peuple divisé et nous notre rôle c’est de faire tout pour unir le peuple. Le combat que je mène est noble et portera ses fruits. Je suis l’aiguille qui vient recoudre le tissu social divisé et c’est au prix de ma vie que je m’attellerai à cette tâche.

Est-ce donc un retour en force dans à la vie politique ?

Moi j’ai mon bâton de pèlerin et je ne peux que prôner la paix. Pour arriver à cette paix il faudra d’abord réconcilier les ivoiriens. Et cela commence nécessairement par la libération des prisonniers de la crise politique.

Les mouvements de la société civile ont décidé de soutenir l’initiative dans laquelle nous sommes engagés, par la grâce de Dieu, nous ne les décevrons pas.

Les ivoiriens en général souffrent de la politique de ses dirigeants. Mon combat aujourd’hui, c’est de militer pour l’amélioration de leurs conditions de vies.

Combien de planteurs disposent d’une mutuelle de santé et d’une allocation de retraite aujurd’hui ? c’est cela notre combat ! Le petit commerçant , la serveuse, le gérant de magasin ou le chauffeur de taxi a-t-il droit à une retraite ? C’est ça notre combat. Nos hôpitaux ont-ils le matériel adéquat pour mieux nous traiter ?  Pourquoi on ne soigne pas nos populations avant de leur demander de payer ? Pourquoi il n’y a pas d’équité salairiale dans notre pays et qu’un ministre doit avoir plus de 150 fois le salaire minimum du pays ?   Autant de questions qui peinent à trouver réponse. et c’est ça notre combat.

Avez-vous rencontré le pouvoir depuis votre arrivée ?

Je ne vois pas ce qui m’oblige à rencontrer les gens qui dirigent le pays ? Le pays n’est pas un village , où il faut aller s’adresser au chef du village pour annoncer notre arrivée . cela dit j’ai fait mes civilités au président et à quelques uns de ses ministres que je connais, j’adresserai des demandes d’audiences pour rencontrer les ministres qui ont des activités en rapport avec ma demarche de réconciliation, mais je ne m’attends pas à grand chse de la part de ces gens du pouvoir qui me voient comme celui qui veut dresser le peuple contre eux et mettre du sable dans leur attiéké. Alors que ce n’est pas le cas.

A ce jour, quelles sont vos relations avec le Président de l’Assemblée Nationale ?

Je ne suis fermé à personne. On ne peut prétendre aller à la paix et avoir des griefs contre quelqu’un. J’ai demandé au camarade Guillaume Soro de me rejoindre dans ce combat afin que nous portions haut la voix du peuple. C’est l’intérêt du peuple que nous recherchons et il ne peut qu’être le bienvenu dans cette lutte.

Côte d’Ivoire-Doumbia Major charge: «La division du peuple participe à l’enrichissement des politiciens» ledebativoirien.netEtes-vous affilié à un parti politique ?

J’appartiens au Congrès Panafricain pour le Renouveau(CPR) qui de façon officielle, existe depuis 2008. Les débuts pour nous furent vraiment difficiles, raison pour laquelle nous agissions dans la clandestinité. Durant mon absence, ce sont les camarades Taha Julien puis Coulibaly et Sanou qui avait la lourde charge de mener le parti. Très bientôt nous irons à un grand rassemblement et vous pourrez constater que nous sommes une force politique non négligeable dans cette Cote d’Ivoire.

Une rencontre entre vous et Charles Blé Goudé eu lieu récemment à la Haye. Dites-nous le message qui ressort de ce tête à tête ?

Nous sommes tous d’accord pour aller à la paix et à la réconciliation, car nous savons que c’est de nos division que vient la souffrance de notre peuple. Le passé est derrière nous désormais et on regarde dans la même direction , c’est à dire nous battre ensemble pur e bonhur et e bien-être de notre peuple et pour la dignité de l’homme africain C’est l’intérêt national qui doit primer sur tout et mon frère est partant pour cette dynamique du changement et de rupture avec ce qui a pu nus diiser par le passé . Je l’en félicite d’ailleurs.

    Réalisé  par DAVID GOGBE

Related posts:

Martin Bléou, constitutionnaliste : Ouattara veut doter la Côte d'Ivoire d'une nouvelle constitutio...
De retour d'exil Dr Doumbia Major fait l'autopsie de la gestion économique et politique du président...
Le régime de Ouattara fait intervenir la chefferie traditionnelle de Gbeleban et sa famille pour con...

Partagez cet article

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion