Alassane Ouattara : « l`Etat doit subventionner les plus défavorisés »

ADO_sansPmardi 29 avril 2008 – Par AFP
Côte d`Ivoire: l`Etat doit « subventionner les plus défavorisés » (Ouattara)
L’ex-Premier ministre ivoirien et ancien directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI) Alassane Ouattara a estimé mardi que l’Etat devait « subventionner les plus défavorisés », à propos de la hausse des prix des denrées alimentaires en Côte d’Ivoire. « En Côte d’Ivoire, entre 60 et 80% du revenu des ménages vont à l’alimentation et il faut tout faire pour soulager les populations », a déclaré M. Ouattara, interrogé sur les récentes manifestations contre la « vie chère ». « Il faut subventionner les plus défavorisés. Je ne crois pas qu’il y ait d’autres méthodes », a poursuivi M. Ouattara qui s’exprimait en tant que président du Rassemblement des Républicains (RDR), un parti de l’opposition ivoirienne qui l’a désigné comme son candidat pour la présidentielle du 30 novembre.
« Le gouvernement doit réorienter ses dépenses et donner la priorité à la subvention des plus défavorisés pendant une bonne période », a-t-il ajouté. « Nous pensons qu’il y a des choses à faire (…) au niveau de la demande: il faut que les dépenses publiques soient mieux gérées, mieux orientées et que les effets soient plus productifs », a également déclaré l’ancien Premier ministre de Félix Houphouët-Boigny.
« Du côté de l’offre, quand nous étions aux affaires de 1990 à 1993, nous avions mis en place un programme d’autosuffisance en matière de production de riz », a-t-il rappelé, estimant que « si ce programme avait pu être appliqué (…) aujourd’hui nous n’aurions pas de problème d’importation de riz ». L’ancien haut fonctionnaire du FMI a aussi estimé que la parité entre l’euro et le franc CFA, monnaie commune à huit pays d’Afrique de l’Ouest, dont la Côte d’Ivoire, avait permis d’amortir les effets de la crise. « Heureusement que nous sommes arrimés à l’euro qui a un effet déflateur sur les prix avec l’appréciation de l’euro ou la baisse du dollar », a expliqué M. Ouattara.
« Mais si l’euro n’avait pas été au niveau que l’on sait, l’inflation aurait été pire », a-t-il ajouté. La forte hausse des denrées de première nécessité, notamment le riz, a provoqué début avril à Abidjan les premières manifestations de la faim de l’histoire de la Côte d’Ivoire, faisant deux morts et deux blessés.

Source AFP

Partagez cet article

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion