Depuis son exil : Koné Zackaria persiste « Soro a trahi la lutte »

Je comprends pourquoi Kass, Adams et Zaga Zaga sont morts . Comment je suis traité à Ouaga . Tôt ou tard, je reviendrai

Depuis le Conseil de l’Entente où il a été transféré après son séjour carcéral au camp Guillaume Ouédraogo en plein cœur de Ouagadougou, ‘’Djack’’ rompt le silence. Dans une lettre enregistrée sur cassette qu’il a fait parvenir à notre correspondant au Burkina, Claude Yaméogo, le ‘’siguidankélé’’, de son pseudonyme, bat en brèche les propos du secrétaire général des Forces Nouvelles qu’il qualifie de mensongers. Au nom de la liberté d’expression et de l’équilibre de l’information, nous retranscrivons fidèlement ses propos.

Bonjour Monsieur, J’ai décidé de parler sur cette cassette pour vous dire certaines vérités et dire la vérité sur certaines choses qu’on a dites et qui ne sont pas vraies. Avant, j’étais au camp Guillaume Ouédraogo. C’est là bas qu’on m’avait gardé. Comme ils ont peur de moi puisque c’est un camp militaire, on m’a fait venir ici au Conseil de l’Entente où se trouvent logés les membres de la Garde Républicaine. C’est ici que Thomas Sankara habitait. Donc, on m’a mis en résidence surveillée. C’est vrai qu’on me donne tout ce que je veux. Mais je pense qu’ici n’est pas ma place. Ma place c’est sur le terrain. Mes éléments me manquent. Ma famille aussi ainsi que la population pour laquelle j’ai pris les armes. Malgré ma condition de détention, je n’accepterai jamais de trahir la cause. Je n’accepterai jamais de trahir la lutte pour de l’argent. Je l’ai déjà dit à ceux qui me connaissent. Soro a trahi la lutte. Ce n’est pas pour lui qu’on a pris les armes. Mais c’est pour lutter contre l’injustice, contre la xénophobie. Donc, quand Soro s’en va être Premier ministre et oublie la lutte, je dis non. Ici on a confisqué mes téléphones portables, donc je ne peux plus communiquer avec mes éléments. Mais je leur dis de continuer le combat. Tôt ou tard, je reviendrai. C’est maintenant que je comprends que mon petit Adam’s avait raison. J’ai les larmes aux yeux quand je pense à Zaga Zaga, Kass, Baladji, Kolo et tous ceux qui ont été tués parce qu’on disait qu’ils travaillaient pour Gbagbo contre nous. C’est maintenant que je comprends pourquoi on nous dressait contre IB. Je ne regrette aucun de mes actes, mais je suis maintenant conscient de quelque chose : c’est que je connais l’homme maintenant qu’avant. Il parait que Soro dit qu’il m’a rencontré. Vraiment entre nous, vous pensez que je peux rencontrer quelqu’un qui a trahi la population ? Vous pensez que je peux rencontrer quelqu’un qui a volé tous mes biens, ainsi que les biens de mes parents ? Non ! Même si je dois le rencontrer, ce n’est pas aujourd’hui. Dieu décidera du sort de chacun. Merci

Partagez cet article

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion